MaligneP.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

La propreté à bord : un challenge quotidien !

9
Publié le 15/02/2017

Avec près de 480 000 voyageurs qui circulent quotidiennement sur les lignes E et P, maintenir une propreté continue dans les trains est un challenge quotidien. Et il est tout à fait normal que ce sujet soit au centre de vos attentes.

C’est pourquoi je vous propose ce billet, pour vous expliquer le fonctionnement des opérations de nettoyage, et comment vous pouvez nous aider à les cibler au mieux.

 

Comment est réalisé le nettoyage des trains ?

Des entreprises spécialisées nettoient vos trains quotidiennement : ce sont 180 agents qui s’affairent, jour et nuit, sur 16 sites, dont le Technicentre de Paris-Est.

 

4 niveaux de nettoyage sont régulièrement effectués :

  • Le Nettoyage en Parcours (dit NP)

Il a lieu en-dehors des heures de pointe, du lundi au dimanche, dans les gares de Haussmann Saint-Lazare, Aulnay-sous-Bois, Tournan et Paris-Est.

Le nettoyage en parcours consiste au ramassage des déchets et au nettoyage éventuel de « liquides » sur les sols. Il est réalisé après la sortie des clients et avant le départ du train.

 

  • Le Nettoyage Majeur Sol (dit MS)

Il a lieu tous les 33 jours pour chaque rame, et dure environ 5h.

Il comprend le ramassage des déchets, le décollage des gommes à mâcher, l’aspiration et le brossage complet des sols, le nettoyage complet des sièges, coques, parois et cloisons, le lessivage complet des vitres et des portes, et le nettoyage complet des graffitis à l’intérieur des rames.

Lavage des vitres
Décollage des gommes à mâcher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nettoyage des sols s’effectue avec une machine de type mono-brosse. Il est réalisé tous les 16 jours pour chaque rame.

Brossage des sols
Aspiration des sols

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le Nettoyage Majeur (dit M)

Il a lieu 2 fois par an.

Il correspond au nettoyage Majeur sol, avec en plus le nettoyage complet des plafonds.

 

  • Le Nettoyage extérieur des rames

Avec plusieurs allers-retours par jour, la pluie, la pollution… les trains ont tendance à accumuler de la poussière, en particulier sur les vitres.

Comme pour les voitures, une « machine à laver » est en service depuis fin janvier 2016. En moyenne, 95 trains sont lavés mensuellement.

 

En revanche cette machine ne retire pas les tags… des opérations de nettoyage ont lieu régulièrement. Il faut environ 6h et beaucoup « d’huile de coude » pour retirer les tags. Chaque mois, une surface de 300 m² est nettoyée, rien que sur le site du Technicentre de Paris-Est.

A l’extérieur, ce nettoyage est réalisé en pulvérisant un produit spécifique, jusqu’à la disparition totale des tags.

 

 

 

 

 

 

 

A l’intérieur, un pelliculage permet de protéger les surfaces contre les tags : il est retiré et remplacé au fur et à mesure des visites des rames au Technicentre de Paris-Est.

Pour lutter contre ce fléau, la sûreté ferroviaire photographie et répertorie ces tags dans une base de données. Ainsi, lorsque des individus sont interpellés en flagrant délit, une recherche est effectuée pour vérifier si d’autres tags identiques ou avec les mêmes signature ont été réalisés. Cela permet d’évaluer le montant du préjudice, en fonction de la récidive.

 

Quelles sont les modalités de ce nettoyage ?

Le coût annuel du nettoyage des trains des lignes E, P et T4 s’élève à 5 millions d’euros.

Le contrat qui lie les entreprises de nettoyage à la SNCF est un contrat à obligation de résultats : leur travail doit répondre aux critères déterminés par le STIF.

Des contrôles stricts de la qualité du nettoyage des rames sont donc réalisés quotidiennement (jour et nuit), du lundi au dimanche : des prélèvements sont effectués sur l’ensemble des sites où ont lieu les opérations de nettoyage. En cas d’écarts, des pénalités sont systématiquement appliquées.

Par ailleurs, à l’issue de ces contrôles, l’entreprise de nettoyage met en place des actions dans le but d’améliorer la qualité du service : formations, rappels, acquisition de nouveaux équipement (pour optimiser les résultats), etc.

A plus long terme, un comité de pilotage avec l’entreprise de nettoyage est organisé pour évoquer, entre autres, les développements nécessaires et leurs échéances.

 

N’hésitez pas à signaler les problèmes de propreté !

Si vous constatez que votre train est particulièrement sale ou dégradé, vous pouvez le signaler à tout moment grâce aux QR codes disposés à l’entrée du train ou à côté des escaliers.

Pour cela, il vous suffit de flasher le code*, qui vous redirigera vers le site mobile SNCF Propreté où vous pourrez sélectionner le problème constaté dans un menu déroulant. Vous pouvez aussi ajouter un commentaire ou envoyer une photo pour apporter plus de précisions.

(*Pour flasher le code, vous devez télécharger, gratuitement, une application qui permet de le faire, comme Mobiletag ou QR Scanner)

Votre signalement sera immédiatement transmis aux responsables concernés au Technicentre, qui relaieront l’information à leurs équipes. Leurs interventions pourront, grâce à vous, gagner en efficacité.

 

9 commentaires pour “La propreté à bord : un challenge quotidien !”

  1. Z20900 dit :

    Bonjour Laetitia

    Il y a aussi du nettoyage en journée à Esbly pour la ligne Esbly Crecy et à provins.

  2. Tibi25 dit :

    Bonjour merci pour cet article, cependant le ressenti des usagers est différent, les équipes de nettoyage n ont que très peu de temps pour agir, et bien souvent la tâche est survolée. Et que dire des toilettes dans les trains qui débordent depuis plusieurs jours… je parle de l axe de provins…

  3. Groooosse fatigue dit :

    En effet l’absence de propreté est un vraie problème sur la ligne P et chacun est responsable de l’état du siège et de son environnement. Il n’est pas rare de voir des enfants accompagnés d’adultes avec les pieds sur les sièges. Cela me laisse perplexe sur l’éducation.
    Je ne parle pas des canettes et autres reste de kebab, frites et sandwichs en tout genre.
    Le personnel d’entretien n’est pas esclave et il serait bon d’en tenir compte.

    Cela n’empêche pas que bien souvent on a une sensation d’atmosphère polluée par une accumulation de crasse sur et sous les sièges. On se doute qu’un coup de balai ne suffit pas à désinfecter les voitures. Quelles sont les critères d’exigences à ce niveau ?

    • LaetitiaPasser au statut dit :

      Bonjour @Groooosse fatigue,
      La propreté à bord est, en effet, « l’affaire de tous ».

      Concernant votre question sur les sièges, je me suis renseignée. Lorsqu’ils sont encrassés, les sièges sont difficilement récupérables avec un simple nettoyage. Ils sont donc nettoyés tous les 6 mois, par une méthode d’injection/extraction. Le principal levier serait de les changer, mais c’est très coûteux, et il est impossible de les changer à chaque fois qu’il y a une salissure.
      Le meilleur moyen d’assurer leur propreté reste donc d’en prendre soin : à charge donc, comme vous l’avez souligné, à chacun d’entre nous de respecter notre environnement 🙂

  4. as dit :

    Nous constatons avec surprise que les trains AGC de La Ferté Milon, sont depuis qq temps de vrais poubelles, ce problème n’existait pas il y a qq mois. Certaines personnes s’octroient de plus en plus de droits, et c’est assez inacceptables pour les usagers qui vont bosser par ces trains. L’incivilité gagne l’axe de La Ferté Milon, notamment au niveau des fumeurs également, par exemple sur le 7h18 en rame de queue et descendant à Meaux. Aucun axe de la ligne P n’est épargné.

  5. JerePasser en mode normal dit :

    Concernant les AGC il y a beaucoup de dégradations (sièges, lumières…). Des rames qui pour les prendre également sur des TER en province, sont en excellent état. Mais bon dans pas mal de ces lignes il y a encore un chef de bord.

  6. cbalPasser au statut dit :

    Vous dites produits spécifiques pulvérisés sur les rames extérieures pour nettoyer les tags, Mais est ce que vous récupérez les liquides spécifiques mélangés aux peintures des tags avant qu’ils ne coulent sur le ballaste et finissent pas imprégner et polluer les sols ? Car sur ces photos on voit le contraire. Sur ces deux photos on voit un type avec un masque, casquette et gants de protection et un bidon avec le logo nocif ou toxique. C’est donc un produit qui ne devrait pas se retrouver sur le sol… non ?

    Bon courage !

    • LaetitiaPasser au statut dit :

      Bonjour @cbal,
      S’il s’agit de produits nocifs pour l’environnement, les liquides pollués devraient en effet être récupérés pour être traités. Je vais me renseigner afin de vous apporter plus de précisions à ce sujet.

Laisser un commentaire